La volonté de la compagnie est de s'inscrire dans le paysage de publics pour qui la danse - et plus encore la danse contemporaine - ne représente pas quelque chose d'accessible, de quotidien.

Les élèves en cours de scolarisation (élémentaire et secondaire), les élèves dits "en échec scolaire" (comment ne pas se sentir mis à part avec une telle appellation), les personnes en cours de réinsertion sociale, ou les personnes qui souhaitent s'impliquer dans le mouvement et dont la danse n'est pas le métier, ont tous un point en commun qui est la nécessité de la relation. A soi et aux autres.

Retrouver confiance en soi, oser se mettre en mouvement sous le regard des autres, chercher son expression, sa sensibilité. Penser et construire la danse, comme l'on construirait une cabane : "Vite, des cabanes, en effet. Pas pour s'isoler, vivre de peu, ou tourner le dos à notre monde abîmé ; mais pour braver ce monde, l'habiter autrement : l'élargir." *

La danse nous met en mouvement. C'est aussi simple et difficile que cela. Le mouvement nous transporte, ailleurs, provoque des rencontres, des intimités - au dedans et au dehors - il pose des questions. Il remue, gigote, fait surgir les ressassements, libère, suggère le lien, la douceur.

Ces moments d'évasion permettent à tout un chacun de s'explorer. De se poser la question de la place occupée dans la salle de danse, si ce n'est dans sa relation au monde, aux autres qui peuplent ce monde ... Un instant d'ouverture de la parole, du corps, pour dire oui, non, merde, peut être.

* Nos cabanes, Marielle Macé, éd. Verdier, 2019.

Atelier de danse contemporaine - Découverte

Centre Mogador, SPASM

Au centre d'animation de la Tour des Dames,

14-18 rue de la Tour des Dames, 75009 Paris

Certains vendredis de 10h30 à 12h.

>> Patients souffrant de troubles psychiques en réinsertion. Hôpital de jour.

Intervention artistique au collège Descartes,

58 Avenue Vladimir Ilitch Lénine, 93150 Le Blanc-Mesnil / Élèves de 3e.

12h d'ateliers de création dansée et photographique autour du travail en cours de la Cie Obaluae, Sommes-nous les eaux troubles, et de l’œuvre de Francesca Woodman.

Crédits photo : Charlotte Skurzak

  • Facebook
  • Instagram
  • Noir Vimeo Icône
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now